Guido Braun

Professeur d’histoire moderne

Directeur du CRESAT

Directeur éditorial de la Revue du Rhin supérieur

Contact

16 rue de la Fonderie
68093 Mulhouse Cedex
Tél. : +33 (0)3 89 56 82 69

Courriel

Thèmes de recherche

  • Histoire des relations internationales à l’époque moderne: guerre, paix, diplomatie
  • Histoire des transferts culturels et de la circulation des savoirs à l’époque moderne: interculturalité, communication, échanges
  • La France, le Saint-Empire et l’Italie à l’époque moderne : institutions, espaces culturels, modèles politiques

Parcours

  • 2018 : Nommé Professeur des universités en histoire moderne à l’université de Haute-Alsace
  • 2007-2018 : Maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Bonn (habilité à diriger des recherches depuis 2014), chargé d’affaires internationales de l’Institut d’histoire, détachement en 2017 : remplaçant ad intérim du professeur titulaire d’histoire moderne à l’université de Marbourg
  • 2004-2007 : Membre de l’Institut historique allemand de Paris, chargé de recherches pour la période 1648–1815
  • 2001-2004 et 2014-2015 : Membre de l’Institut historique allemand de Rome, chargé de recherches/professeur invité en histoire moderne
  • 2000 et 2007 : Doctorat d’histoire allemand (Université de Bonn) et doctorat d’histoire français (Université de Paris-Sorbonne)
  • 1995-2001 : Chercheur au Centre de recherche en Histoire moderne à Bonn, chargé de l’édition de la correspondance diplomatique française du congrès de Westphalie (Acta Pacis Westphalicae)

Principales publications

  • Spies, Espionage and Secret Diplomacy in the Early Modern Period, Stuttgart, Kohlhammer, 2021 (collection « Forum historische Forschung: Frühe Neuzeit », [1]), 279 pages (codirection et introduction cosignée avec Susanne Lachenicht).
  • Diplomatische Wissenskulturen der Frühen Neuzeit. Erfahrungsräume und Orte der Wissensproduktion, Berlin-Boston, De Gruyter, 2018 (collection « Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom », 136), XLI et 306 pages (direction, introduction et rédaction d’un article).
  • Imagines imperii. Die Wahrnehmung des Reiches und der Deutschen durch die römische Kurie im Reformationsjahrhundert (1523–1585), Münster, Aschendorff, 2014 (collection « Schriftenreihe der Vereinigung zur Erforschung der Neueren Geschichte e.V. », 37), 840 pages.
  • Du Roi-Soleil aux Lumières. L’Allemagne face à l’« Europe française », 1648–1789, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012 (collection « Histoire franco-allemande », 4), 320 pages.
  • La connaissance du Saint-Empire en France du baroque aux Lumières (1643–1756), Munich, Oldenbourg, 2010 (collection « Pariser Historische Studien », 91), 911 pages.
  • Édition de la correspondance diplomatique française : Die französischen Korrespondenzen, t. 1 : 1646–1647 et t. 2 : 1647, Münster, Aschendorff, 2002 (collection « Acta Pacis Westphalicae », série II, section B, vol. 5), CLXXXI et 1891 pages (direction, introduction, annotation et commentaire).

Dernières communications

  • « Die Rezeption der Souveränitätslehre im deutschen Sprachraum: Rechtslehre und -praxis », conférence donnée le 6 avril 2022 à l’occasion du colloque La souveraineté : mutations d’un concept et d’une formule politique. France et Allemagne, XIVe–XXIe siècle, organisé par l’Institut historique allemand de Paris, 6-8 avril 2022
  • « Keynote lecture : Sovereignty and Languages of Diplomacy in the Seventeenth Century », conférence donnée  le 13 janvier 2022 à l’occasion du colloque international en ligne Languages of Diplomacy in the Eighteenth-Century World, organisé par German Historical Institute in Moscow, Higher School of Economics (Moscow), with the support from the Richard Lounsbery Foundation, Moscou, 13-14 janvier 2022
  • « Le traité de Nystad et les langues internationales à l’aube du XVIIIe siècle », conférence donnée le 18 novembre 2021 à l’occasion du colloque Le traité de Nystad et la construction de la paix en Europe au début des années 1720, Université de Nantes, 18-19 novembre 2021
  • « Langues et culture de la diplomatie au XVIIIe siècle », conférence donnée à l’Institut historique allemand de Paris le 8 juin 2021, Séminaire de recherche sur les Lumières
  •  Sprachen und Kulturen der Diplomatie im 18. Jahrhundert », conférence donnée le 3 juin 2021 à l’université de Trèves (Allemagne), Séminaire Neues aus der Frühen Neuzeit, organisé par Damien Tricoire et Stefan Laux
  • « Le nonce Carlo Carafa et les collections d’art de la Cour de Vienne », conférence donnée à l’occasion du colloque international en ligne Kunst und Diplomatie. Habsburgische Netzwerke und das Kunstsammeln in Europa: Akteure – Praktiken – Rahmendiskurse, Institut d’Histoire de l’art de l’université de Vienne, 21-22 janvier 2021

Principaux colloques (co-) organisés

  • « Faire la paix » : approches pluridisciplinaires sur les processus de pacification et de réconciliation, 3e édition des Journées Franco-Allemandes des MSH du Grand Est, Mulhouse, 16-17 mars 2022
  • Spies, Espionage and Secret Diplomacy in the Early Modern Period, Bayreuth, 5-7 octobre 2017
  • Langues et diplomaties (XVe siècle à nos jours), Mulhouse, 7-9 décembre 2022
  • Culture sapienziali e spazi di esperienza della diplomazia nell’Età moderna, Rome, 15-16 juin 2015
  • Assecuratio Pacis. Les conceptions françaises de la sûreté et de la garantie de la paix de 1648 à 1815, Paris, 16 mai 2008
  • La politique d’expansion de Napoléon : occupation ou intégration ? Rome, 28-30 mars 2007
  • Les États allemands et les Huguenots. Politique d’immigration et processus d’intégration, Paris, 7 octobre 2005

Encadrement de thèses

Projet de thèse : Les rapports presse-politique sous la Révolution. Le gouvernement français et les médias 1792-1795 (titre provisoire)

La Révolution française marque un pas important dans le développement de la presse moderne. Dès ses débuts, les événements politiques furent accompagnés d’un développement très rapide de la presse et d’une multiplication rapide des titres de presse dont la plupart finirent par être éphémères. La Révolution change de manière fondamentale le cadre juridique de la presse, supprimant la censure et le système de privilèges de l’Ancien Régime tout en imposant de nouvelles limites à la transmission des informations et des opinions.

Ce projet de thèse propose une analyse des rapports entre la presse el le pouvoir politique des années 1792 à 1795, période souvent négligée dans les recherches sur la presse de la Révolution. Se focalisant sur les acteurs politiques et les institutions du gouvernement révolutionnaire et reposant sur un corpus de sources très diverses, cette analyse abordera deux sujets interconnectés : premièrement, l’utilisation de la presse à des fins politiques et deuxièmement, les pratiques de la suppression d’informations.